L’armata Brancaleone


L’armata Brancaleone (1966)
VF: L’Armée Brancaleone

réalisateur: Mario Monicelli

scénaristes: Age et Scarpelli, Mario Monicelli

acteurs:
Vittorio Gassman … Brancaleone da Norcia
Catherine Spaak … Matelda
Folco Lulli … Pecoro
Gian Maria Volonté … Teofilatto dei Leonzi
Maria Grazia Buccella … La veuve
Barbara Steele … Teodora
Enrico Maria Salerno … Zenone
Carlo Pisacane … Abacuc

synopis: Dans l’Italie autour de l’an mille, en proie à la peste et aux Sarrasins, les picaresques aventures du Sire Brancaleone da Norcia et de son improbable armée. Partis de Faleri à la conquête d’un titre féodal dans les Pouilles, ils devons affronter la peste, une veuve débridée et, après avoir délivrée une vierge enlevée par les brigands, les pirates sarrasins.

note: 8 /10

Lire la suite »

I nuovi mostri


I nuovi mostri (1977)
VF:  Les nouveaux monstres

réalisateurs:
Mario Monicelli : « Autostop » & « First Aid »
Dino Risi : « Con i saluti degli amici », « Tantum ergo », « Pornodiva », « Mammina mammona » & « Senza parole »
Ettore Scola : « L’uccellino della Val Padana », « Il sospetto », « Hostaria », « Come una regina », « Cittadino esemplare », « Sequestro di persona cara » & « Elogio funebre »

scénaristes: Agenore Incrocci, Ruggero Maccari, Giuseppe Moccial, Ettore Scola & Bernardino Zapponi
compositeur: Armando Trovajoli

A teurs: Vittorio Gassman … « Tantum ergo », « Il sospetto », « Hostaria », « Cittadino esemplare », « Sequestro di persona cara »
Ornella Muti … « Autostop », Hostess « Senza parole »
Alberto Sordi … « First Aid », « Come una regina », « Elogio funebre »
Ugo Tognazzi … « L’uccellino della Val Padana », « Hostaria », « Mammina mammona »

synopsis: comédie composé de 12 sketchs:

  1. Le pinson du Val Padouan (L’uccellino della Val Padana) : Sa femme accidentée, le mari exploite la situation.
  2. Tantum ergo : Une paroisse délaissée voit arriver un Cardinal.
  3. Auto-stop : Une auto-stoppeuse prudente fait croire au conducteur qu’elle est une terroriste.
  4. Enlèvement d’une personne chère (Sequestro di persona cara): Un mari dont la femme a été kidnappée, pense avoir trouvé un moyen de s’en débarrasser. sketch non diffusé sur la RAI
  5. Premiers soins (First Aid): Un accide nté secouru par un aristocrate est refusé par les hôpitaux.
  6. Grand garçon à sa petite maman (Mammina mammona) : Deux clochards fouillent les poubelles. non diffusé sur la RAI
  7. Citoyen exemplaire (Cittadino esemplare) : Le témoin d’un meurtre fuit sa responsabilité.
  8. Pornodiva : Des parents indignes négocient le contrat de leur fille pour un film porno. censuré en Italie
  9. Comme une reine (Come una regina): Un fils veut placer sa mère dans un hospice sans la heurter.
  10. Auberge! (Hostaria) : Histoire gastronomique dans un restaurant branché.
  11. Sans paroles (Senza parole): Une hôtesse passe la nuit avec un terroriste à son insu.
  12. L’éloge funèbre (Elogio funebre) : Un clown est enterré dans la joie.

note: 9 /10

Lire la suite »

La grande guerra


La grande guerra (1959)

VF: La grande guerre

Réalisateur: Mario Monicelli

Scénaristes: Age et Scarpelli, Mario Monicelli et Luciano Vincenzoni

Acteurs:  Alberto Sordi (Oreste Jacovacci), Vittorio Gassman (Giovanni Busacca), Silvana Mangano (Costantina), Folco Lulli (Bordin), Bernard Blier (Capitano Castelli), Romolo Valli (Tenente Gallina)

Synopsis : 1917 – A l’heure où l’Italie s’engage aux côtés de la France dans le conflit mondial, deux soldats sortent du rang pour pratiquer la guerre buissonnière. Toujours en première ligne lorsqu’il s’agit de déserter le champ de bataille, Oreste Jacovacci et Giovanni Busacca se distinguent dans l’art d’éviter les ennuis et de collectionner les aventures…

note: 10 /10

Lire la suite »

Amici miei


Amici miei (1975)
VF: Mes chers amis

Réalisateur:  Mario Monicelli
Scénaristes: Leonardo Benvenuti, Piero De Bernardi, Pietro Germi et Tullio Pinelli

Acteurs: Ugo Tognazzi … Lello Mascetti
Gastone Moschin … Rambaldo
Philippe Noiret … Giorgio Perozzi
Duilio Del Prete … Necchi
Milena Vukotic … Alice Mascetti
Adolfo Celi … Professor Sassaroli
Bernard Blier … Righi Niccolò

Synopsis: Quatre amis d’enfance ayant atteint la quarantaine se retrouvent périodiquement pour de folles équipées. Perrozzi est chroniqueur dans un journal, Melandri est architecte, Necchi tient un bar et Mascetti ne fait rien depuis qu’il a dilapidé sa fortune au cours de sa lune de miel prolongée.

note:  10 /10

Lire la suite »

I compagni


I compagni (1963) IMDb

VF: Les camarades

Realisateur : Mario Monicelli

Scénaristes :  Age et Scarpelli, Mario Monicelli

Acteurs:
Marcello Mastroianni … Sinigaglia
Renato Salvatori … Raoul
Folco Lulli … Pautasso
Annie Girardot … Niobe
Bernard Blier … Martinetti

Synopsis : Une usine de tissage, à Turin, à la fin du XIXe siècle ou les ouvriers, y travaillent quatorze heures. Un jour, un vieil homme se prend la main dans les rouages d’une machine. Ses camarades organisent une collecte, puis se rendent, en délégation, chez le directeur dont ils désirent attirer l’attention sur les pénibles et dangereuses conditions de travail. Martinetti est chargé de prendre la parole. Mais les délégués ne sont reçus que, furtivement, par le chef du personnel. Les ouvriers décident alors d’actionner la sirène marquant la fin du travail une heure plus tôt. Leur entreprise échoue. Pautasso, le responsable de cette mission, est mis à pied pour quinze jours, les autres ont une amende. Arrive alors dans la ville, venant de Gênes, le professeur Senigaglia. Aidé par l’instituteur, il convaint les ouvriers de la nécessité d’une lutte organisée et de l’emploi d’une arme redoutable : la grève. Après l’échec des négociations, les patrons font appel aux briseurs de grève. Une violente bagarre éclate entre ceux-ci et les grévistes. C’est à cette occasion que Pautasso meurt, écrasé par un train. Recherché par la police, le professeur trouve refuge chez Niobé, la prostituée. Plus tard, après une tentative d’occupation de l’usine, la troupe intervient. Un jeune homme est tué. Raul, un des meneurs, doit s’enfuir. Les ouvriers reprennent le travail, tandis que le professeur est conduit en prison.

note: 7 /10

Lire la suite »

Cari fottutissimi amici


Cari fottutissimi amici (1994) IMDb

Realisateur: Mario Monicelli

Scenaristes: Leonardo Benvenuti, Suso Cecchi d’Amico, Piero De Bernardi, Mario Monicelli et Rodolfo Angelico (histoire)

Acteurs: Paolo Villaggio … Dieci,  Massimo Ceccherini … Marlini

Synopsis : En août 1944, les Alliés viennent d’entrer à Florence. L’Italie est dévastée par la guerre, et la population est affamée.  Un ancien ex-boxeur réunit un quatuor de jeunes affamés dans le désarroi, pour présenter des matchs de boxe dans les festivals à travers la région  (Toscane) contre un peu d’argent ou de la nourriture donné par le public.

Note : 8 /10

Lire la suite »

Mario Monicelli


monicelliMario Monicelli ( Wikipedia.it )

Né en 1915, ce réalisateur italien est un maitre de la comédie italienne avec Dino Risi. La vitalité de ce cinéaste m’étonne et me ravit. A 90 ans, il réalise Le Rose del deserto (2006) une comédie « philosophique » dont j’ai déjà parlé.  Je viens de découvrir qu’il s’est mis à utiliser Facebook à 94 ans et il est devenu fan de ma page sur la comédie italienne :D. J’avais déjà le réalisateur italien Luca Miniero mais là je suis vraiment flatté de ce nouveau membre de prestige. Nous avons un ami en commun, le jeune critique italien Alessandro Ticozzi qui l’a récemment interviewé. Sur son mur, je le vois discuter de cinéma (chat) avec Alessandro. C’est incroyable … j’ai l’impression de rever éveillé. Je me pince non je ne rêve pas. :lol: Déjà parce que ces célébrités répondent rarement en personne et deuxièmement vu l’âge de ce mythe vivant.

Un extrait de conversation (chat) :

Publié dans filmographie, politique. Mots-clés : . 10 Comments »

Guardie e ladri


Gendarmes Et Voleurs 1951Guardie e ladri (1951)
VF: Gendarmes Et Voleurs

Réal. Mario Monicelli et Steno

Totò … Ferdinando Esposito
Pina Piovani … sa femme
Carlo Delle Piane … Libero, son fils
Rossana Podestà … Liliana, sa fille
Aldo Fabrizi … le policier Lorenzo Bottoni
Ave Ninchi … Giovanna, sa femme
Mario Castellani … le chauffeur de taxi
Aldo Giuffrè … Amilcare, le professeur

Synopsis: Ferdinando Esposito vit de petites arnaques à Rome. Déguisé en guide il vend de fausses pièces antiques à des touristes, l’un d’eux, Locuzzo, découvre qu’il vient de se faire avoir et jure de retrouver Esposito qui s’enfuie. Ce dernier recrute des enfants pour aller chercher des colis à une distribution de bienfaisances organisée par des Américains à destination des familles italiennes en difficulté. Mais alors qu’arrive son tour, Esposito découvre que l’Américain organisateur n’est autre que Locuzzo, qui le reconnait et envoie le sergent Bottoni à ses trousses. Au bout d’une longue poursuite le policier rattrape le voleur, mais ce dernier, par un subterfuge, arrive à s’échapper. Locuzzo est furieux et en réfère en très haut lieu. Bottoni est suspendu et menacé de procès pour négligence. S’il veut s’en tirer il va devoir retrouver Esposito avant la date du procès. Pour ce faire, il va se rapprocher de la famille d’Esposito pour découvrir où ce dernier se cache…

note: 10 /10

Lire la suite »

Vogliamo i colonnelli


tognazzi-vogliamo-i-colonnelliVogliamo i colonnelli ( 1973 ) IMDb
VF: Nous voulons les colonels

Réalisateur Mario Monicelli

Scénaristes : Age et Scarpelli, Mario Monicelli

Acteur : Ugo Tognazzi

Synopsis: Député d’extrême-droite, Giuseppe Tritoni souffre du désordre et de la décadence morale qui, selon lui, règnent en Italie. Il projette donc un coup d’État. Il convainc quelques officiers – en exercice ou à la retraite, la plupart séniles – et une poignée de jeunes fascistes exaltés. Il s’assure aussi le concours de quelques politiciens, industriels et d’un prêtre qui a hâte de bénir les armées de la victoire.  De terrains d’exercices en salons, Tritoni parvient à organiser son putsch. Le plan  » Renard Noir  » sera mis à exécution dans la nuit de samedi à dimanche, Mais l’opération ne se passe pas comme prévu…

Note:  9 /10

Lire la suite »

Casanova de Comencini, Fellini et Monicelli


Dans un précédent article Casanova mythe realite et cinema,  j’avais parlé du mythe et du personnage historique en remettant à plus tard l’analyse des films de Monicelli, Comencini et Fellini. En réalité aucun de ces films ne m’a suffisamment intéressé pour que j’écrive un long article. Le premier chronologiquement réalisé en 1965 par Monicelli avec Mastroianni est sans grand intérêt avec une transposition dans l’époque moderne d’une sorte de Don Juan. La réalisation de Fellini est très personnelle et a peu de rapport avec la réalité du personnage. Elle est assez morale et assez décevante bien que des cinéphiles intellos sont capable de vous parler des heures de la dimension onirique de Fellini. il a rien strictement rien compris au personnage historique, c’est plus proche de Don Juan et je me fous royalement de ses divagations aussi oniriques et emblematiques soit elles. C’est clair et direct.  :D

Casanova ‘70 de Mario Monicelli 1965

Casanova, un adolescent à Venise de Luigi Comencini 1969

Il Casanova di Federico Fellini 1976

Le film de Comencini sur la jeunesse est sans doute le film à voir quand on aura lu les mémoires de Casanova. Et oui, rien ne vaut de lire le livre avec son humour et ses traits d’esprit même s’il est parfois verbeux et répétitif. Mieux vaux sauter des paragraphes et le lire que perdre son temps avec des interprétations douteuses au cinéma de réalisateur italien pourtant célèbres.

Voilà je clos une parenthèse que j’avais ouverte et que je devais refermé. Je retardais car ça m’ennuyait et bien je le dit, ces 3 réalisateurs italiens n’ont rien montré de bien intéressant au niveau de la philosophie de ce personnage italien. A quoi ils servent pourrait on se dire ? Quelle lamentable échec, pour une fois qu’ils pouvaient nous instruire tout en nous distrayant. Bon ils ont comme excuse que le personnage est si riche et spirituel, que c’est un travail très délicat pour un scénariste de réduire la totalité ou une partie en seulement 2h d’un long métrage.

En résumé, le cinéma peut nous distraire tout en nous désinformant sur la réalité des choses.