Le diable par la queue


Le diable par la queue (1969, 90 min)

réalisateur : Philippe de Broca
musique: Georges Delerue

Yves Montand (Ivo Livi) … Le baron César Maricorne
Madeleine Renaud… La marquise
Maria Schell … La comtesse Diane
Jean Rochefort … Le comte Georges
Jean-Pierre Marielle … Jean-Jacques Leroy-Martin, le "play-boy"
Claude Piéplu … Monsieur Patin (Le client assidu)
Marthe Keller … Amélie (La jeune baronne)
Xavier Gélin … Charlie (Le petit garagiste)
Jacques Balutin … Max, un gangster
Pierre Tornade … Schwartz, un gangster

SYNOPSIS: France, fin des années 1960, une famille de nobles châtelains ont bien du mal à joindre les deux bouts. Leur château transformé en hôtel tombe en ruine et quand il pleut les dizaines de pots de chambres ne sont plus en nombre suffisant pour éviter les gouttières dans la demeure. La fille du châtelain monte une combine avec le pompiste du village pour qu’il sabote les voitures qui viennent y prendre de l’essence et ainsi finissent au château pour y passer au moins une nuit. Le plan marche plutôt bien mais arrive un soir un homme ce faisant passer pour le baron de César de Maricorne diplomate. Très vite les châtelains apprennent que c’est un bandit ayant une fortune dans son attaché-case. La marquise et les femmes du château décident que cette fortune ne leur échappera pas…

note: 7+ /10

CRITIQUE : Comédie douce et parsemée de rêverie, chaque personnage porte une mélancolie en lui et des rêves à venir. Philippe de Broca réalise une belle comédie douce amère. Même si Yves Montand et Madeleine Renaud sur-jouent un peu on passe un agréable moment à contempler cette famille loufoque où les femmes sont frivoles en amourettes mais attachées à leurs hommes. Où le client habituel vit de quelques écrits pour une feuille de chou quelconque mais parle avec grandiloquence. Où les play-boys ne parviennent pas à assouvir leur faim sexuelle mais finissent par devenir bucoliques. Belle interprétation de Jean Rochefort qui ne pense qu’au farniente et admire voluptueusement son épouse jouer un jeu de séduction avec le faux baron. Belle prestation aussi de Clotilde Joano comtesse pianiste sublime de douceur. Marthe Keller et Maria Schell font succomber les hommes de leurs charmes dont elles sont bien pourvues. Très beau film de Philippe de Broca et du scénariste Daniel Boulanger. La musique de Georges Delerue est tout à fait remarquable.

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : La comtesse de Coustines sur les instances de la Marquise séduit au fond de la propriété le faux baron. Le comte de Coustines suit l’évolution des choses à la jumelle tranquillement assis sur un balcon du château.

L’ANECDOTE : Philippe de Broca et Marthe Keller avant le tournage du film ont convolé en justes noces, le film est tourné à l’été de 1968 d’où peut-être cette légèreté dans la tonalité du film.

2 Réponses to “Le diable par la queue”

  1. Paul Napoli Says:

    une comédie française sympathique avec une très belle / riche distribution d’acteur mais qui pèche un peu avec son scenario un peu trop léger burlesque et sa direction d’acteur.

    ma note: 6+ /10

  2. modrone Says:

    Moi j’aime beaucoup Le diable par la queue,modèle de légèreté,de finesse,si bien servi par tous;De Broca e, forme c’était quand même pas mal.
    (Eeguab)


Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: