Le comiche


Le comiche (1990, 90min)

réalisateur: Neri Parenti
scénaristes: Alessandro Bencivenni, Leonardo Benvenuti, Piero De Bernardi, Neri Parenti, Domenico Saverni

acteurs: Renato Pozzetto … Renato
Paolo Villaggio … Paolo
Enzo Cannavale … le prêtre
Tiziana Pini …  épouse du mari jaloux

synopsis:  6 sketchs comiques (in italiano) :
<1> Paolo et Renato doivent repeindre une église mais ils arrivent en retard et un mariage a commencé. Leur travail de peinture va générer beaucoup de désagrément pour le prêtre, les maries et leur famille. <2> Les deux acolytes décident d’aller travailler dans une station d’essence mais l’essai ne semble pas du tout concluant au vu des dégâts qu’ils font ! <3> Deux vendeurs ambulants débarquent dans un hôtel situe dans un magnifique paysage montagneux (les Alpes). Apres avoir voulu faire une démonstration de leur aspirateur shampouineur et endommage la salle de réception, le propriétaire les fait travailler pour rembourser les dégâts causés. <4> Travaillant dans les pompes funèbres, ils reçoivent une commande pour un cercueil et enterrement économique. Quand ils arrivent ils découvrent un mort contorsionniste. <5> Renato et Paolo se rendent a la plage. Renato souhaite passer la journée seule au désespoir de son ami Paolo. <6> Deux gangsters s’aperçoivent qu’ils ont deux sosies avec Paolo et Renato. Ils décident de les engager pour se faire passer pour eux et les envoyer a leur ennemi mortel : deux gangster jumeaux, les marseillais.

note: 6+ /10

Pour les fêtes de Noël, voici une comédie italienne comique parfaite pour sourire et rire en famille. Le film a connu un tel succès populaire en Italie que deux suites Le comiche 2 (1991) et Le nuove comiche (1994) ont suivi rapidement ce premier opus.

Au début du film (prologue) , on voit une scène en noir et blanc et saccade comme l’était les films comiques muets du temps de Charlot, Buster Keaton et le duo Laurel & Hardy. Les deux protagonistes sont sur une voie de chemin de fer et confronte a un danger ils sortent de l’écran pour rejoindre leur spectateur dans une salle de cinéma en couleur. Les scenaristes ont repris l’idée de Woody Allen dans La Rose pourpre du Caire (VO: The Purple Rose of Cairo – 1984).

La fin du film (épilogue) quand le train démolit le mur et traverse la salle de cinéma, m’a fait penser a la scène finale et spectaculaire de la comédie US Transamerica Express (VO: Silver Streak – 1976) avec le duo Gene Wilder et Richard Pryor ou le train fou traverse la gare ferroviaire, détruisant tout sur son passage !

A mon avis, le meilleur épisode est de loin celui qui se passe a l’église <1> et qui se termine avec une bataille générale dont voici l’extrait en italien (VO) :

L’épisode <3> a l’hôtel est aussi assez réussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: